Flavien Bellevue 29 - avril - 2018 Best of

 
Avec 60,89 millions de billets vendus depuis le mois de janvier 2018, la fréquentation des salles de cinéma en France semble stagner comparée à celle de l’année précédente selon le CNC. Même si les prévisions pour le reste de l’année annoncent une légère baisse des ventes de billets (-1,1%), l’attrait de la salle de cinéma tient encore mais pour combien de temps ?
 
Conscients du changement radical du mode de consommation des films à l’ère de l’internet haut débit et du streaming, les cinémas Gaumont Pathé n’avaient pas hésité à emboiter le pas de la 3D à la fin des années 2000. Depuis le début des années 2010, les illustres sociétés françaises de production et de distribution ont continué d’innover en la matière, en rénovant leurs salles et en ajoutant de nouvelles technologies (Dolby Atmos, projecteurs 4K et moins nouveau, l’Imax numérique) tout en rattrapant celles déjà disponibles à la maison (le HDR sous la forme de l’Eclair Color et du Dolby Vision). C’est dans cet élan technologique que les cinémas Gaumont Pathé ont adopté les ultimes innovations issues de Corée du sud : le 4DX et le Screen X. Déjà accessible depuis le 15 mars 2017 chez Pathé, la 4DX, développée par la société CJ 4DPlex, permet de vivre littéralement le film projeté. Chaque salle est dotée d’un équipement de haute technologie associant les mouvements des sièges à des effets sensoriels spéciaux tels que le vent, la pluie, l’orage, le brouillard, la neige, la fumée, les odeurs et la lumière en parfaite synchronisation avec les actions du film à l’écran. Chaque fauteuil 4DX est capable de créer des mouvements fluides et dynamiques au plus proche des actions du film grâce à une combinaison, à degrés variables, de trois mouvements : soulèvement (vers le haut et le bas), oscillation (de gauche à droite) et basculement (en avant et en arrière) avec, en plus, des effets de vibration et chatouillement. L’animation est spécialement chorégraphiée conjointement à l’action qui se tient à l’écran. Ainsi, lors d’une scène de course poursuite, les fauteuils s’inclinent pour simuler la suspension en l’air et les spectateurs reçoivent des souffles d’air pour simuler la vitesse de l’action. Dans les faits, c’est très stimulant au départ mais la technologie se fait plus sage au fur et à mesure du film. L’expérience du dernier film de Steven Spielberg, Ready Player One fut très représentative de ce qu’apporte ce type de séance : du fun, du fun et encore du fun. La première séquence d’action avec la grande course de voitures façon Burnout/Destruction derby est tonitruante et fait appel à des petits effets d’eau d’ailleurs que vous pouvez contrôler depuis votre siège.

 

Photo : Flavien Bellevue

 

Très secoué durant cette séquence, le spectateur se remettra de ses émotions dès la première clé remportée et sera sur le qui-vive dès que l’action recommencera. Malgré des péripéties de plus en plus fortes durant le film, la plus intense reste la première comme une sorte de baptême de feu de l’expérience. On peut dire que le dernier opus de Steven Spielberg est quasi parfait pour ce type de séance surtout que le personnage Percival fantasme sur une combinaison qui va lui faire ressentir ses aventures virtuelles. Il n’y a quasiment plus de frontières entre le réel et le virtuel ici.  À noter que le petit trailer annonçant la technologie 4DX, en préambule du film, est beaucoup plus forcé afin de ressentir toute la panoplie possible de ces nouveaux sièges. In fine, le 4DX a de quoi plaire ; éclaboussant, chahutant et vrombissant, il permet un véritable expérience bonus sur une séance de film d’action/blockbuster si on aime la sensation d’être sur une montagne russe pendant 90 min. Enfin pas tout à fait, comme indiqué précédemment, les « encodeurs » de 4DX savent doser leurs effets sur la longueur et de ce fait, établissent un ensemble d’effets propre à chaque film. L’année 2018 marque donc l’arrivée de la 500ème salle 4DX et celle-ci se trouve en région parisienne au Pathé Belle Epine où la presse était conviée à la découvrir le 3 avril dernier. Les cinémas Gaumont Pathé affichent donc un ensemble de 16 salles équipées de cette nouvelle technologie dont 12 en France. L’expansion du parc de ces salles montre un engouement du public et un soutien du groupe français. Quid du cinéma français ? Jusqu’ici il n’y avait aucun film de l’Hexagone encodé pour ce type de projection. Depuis le lundi 9 avril 2018, ce n’est plus le cas puisqu’en avant-première nationale, Taxi 5 de Franck Gastambide a ouvert le bal…sans qu’il y ait d’autres films français annoncés pour l’occasion. En attendant, les productions Marvel/Disney et consorts prendront le relais sans problème. Uniquement prévue pour la salle, la technologie 4DX n’est pas encore envisagée à la maison et il vous faudra donc la vivre pleinement en communauté près de chez vous ou presque pour un plein tarif aux alentours de 18 euros. Soit une séance à pleine plus chère qu’une en 3D Imax ; le public semble adhérer à ses sensations plus fortes, reste à voir si tout cela se pérennise.

 

Photo : Flavien Bellevue

 

Toujours à l’affût de nouvelles expériences en salle, Gaumont Pathé s’apprête à adopter une autre innovation de CJ 4DPlex : le Screen X. Point de sièges qui bougent cette fois-ci, il s’agit d’une revisite de la projection Cinérama datant du début des années 50 avec un écran principal courbé (un peu comme certains téléviseurs récents). À l’époque, le champ de vision s’étendait à 146°, la version 21ème siècle, elle, comporte un écran classique non courbé, accompagné de projecteurs sur les côtés pour un angle de vision plus immersif à 270°. Pour une telle projection, il faut savoir que les productions de films doivent envisager les images supplémentaires qui composent les plans principaux. Une fois de plus, Hollywood, la Chine et la Corée du sud ont déjà emboité le pas avec des films comme La Grande Muraille, Excalibur : la légende du Roi Arthur, Kingsman le cercle d’or, Le dernier train pour Busan ou encore tout récemment Black Panther. Véritable technologie dernier cri, le Screen X compte une salle en exploitation en Europe à Istanbul. Une seconde et une troisième salles verront le jour en France dès l’été prochain à Paris.  Les cinémas Gaumont Pathé montrent une nouvelle fois leur détermination à trouver de nouvelles expériences en salle afin de garder l’attrait de ce lieu emblématique qu’est la salle de cinéma. Est-ce que cela sera suffisant ? Le succès des séances 4DX tend à montrer qu’ils sont sur une (bonne) voie que l’avenir décidera. Néanmoins, cela reste un pari osé à saluer.
 
 

Commentaires