Ilan Ferry 11 - décembre - 2013 Best of, Critiques

 

Un film de Jeff Tremaine. Avec Johnny Knoxville, Jackson Nicoll, Greg Harris. En salles le 11 décembre 2013.

 

Johnny Knoxville joue les grands pères indigne dans un vrai film de sales gosses. Prêts à régresser ?

 

 Note : 2,5/5

 

Johnny Knoxville est un marrant… Pour son dernier méfait, le papa de Jackass a décidé de se grimer en vieux et de se faire passer pour un grand père lubrique en vadrouille avec son petit fils turbulent. L’occasion pour le comédien et sa « progéniture » de multiplier les canulars devant des badauds tous plus effarés les uns que les autres. A l’instar d’un certain Borat, Bad Grandpa ambitionne donc de mélanger caméras cachées et scènes plus scénarisées. Mais là où le film de Larry Charles brouillait efficacement la frontière entre réalité et fiction par le truchement du documenteur, celui de Jeff Tremaine prend le parti de ne pas s’inscrire dans ce genre et peine à trouver un réel équilibre. D’où l’impression de se retrouver devant un film hésitant constamment entre farce assumée et pure comédie de fiction. A trop multiplier les œillades au public et se chercher sans trouver la forme adéquate, le film semble ne plus trop savoir où il est. Dommage, car aussi bien en mode caméra cachée que fiction, Bad Grandpa possède un certain nombre d’atouts non négligeables mais pas toujours bien dosé en dépit de réels fulgurances.

 

© Paramount Pictures

© Paramount Pictures

 

Ainsi, les fans inconditionnels de Jackass retrouveront tous les ingrédients qui ont fait le succès de la série kamikaze à commencer par ce penchant absolument hallucinant de Knoxville pour le masochisme avec un grand M. Entre deux blagues grasses situées bien en dessous de la ceinture, le faux grand père qu’il incarne prend un malin plaisir à (faire) subir les pires outrages multipliant les performances qui font mal. On rit souvent et de bon cœur principalement grâce au personnage de vieux dégueulasse interprété par un Knoxville s’amusant comme un fou. Cascades, répliques grivoises, pets en tout genre… l’acteur ne recule devant rien pour divertir la galerie et gratter là où ça démange. Son déguisement de senior conférant à ses numéros une résonnance comique inattendu pour peu que l’on soit coutumier de l’humour du monsieur. Coté fiction, force est de reconnaître que Knoxville incarne un vieux libidineux tout ce qu’il y a de plus convaincant.  Aussi vachen que drôle, il forme avec le jeune Jackson Nicoll, un duo détonnant et attachant.  Inégal, Bad Grandpa reste toutefois réjouissant dans sa propension à célébrer le monumentalement con et s’impose comme une performance de plus à rajouter au palmarès de son surprenant comédien principal.

 

Plus batard que véritablement hybride, Bad Grandpa reste une expérience singulière à réserver de préférence aux fans de Jackass.

 

 

Commentaires