Ilan Ferry 22 - août - 2011 Best of, Critiques

 

Un film de John Landis. Avec Simon Pegg, Andy Serkis, Isla Fisher. Sortie le 31 aout 2011.
 
Simon Pegg et Andy Serkis se la jouent récupérateurs de cadavres pour le papa des Blues Brothers. La bonne pioche de cette fin d’été ?

 

Note : 3,5/5

 

Après un long passage par la petite lucarne (depuis 1999 et l’adaptation TV de Chérie j’ai rétréci les gosses pour être précis), John Landis revient faire le malin sur grand écran. Et le moins que l’on puisse dire c’est que si le résultat fait sacrément plaisir à voir ! Quiconque a suivi de près ou de loin la carrière de Landis connaît sa prédilection certaine pour l’humour tendance slapstick et sa propension à le marier adroitement avec les plus funestes situations. Le Loup Garou de Londres parvenait à injecter des moments de pure comédie au sein d’une sombre histoire de malédiction lycanthropique tandis que le mal aimé Susan a un plan était un catalogue de tentatives d’assassinats toutes plus foireuses les unes que les autres. Et si dans son approche Cadavres à la Pelle tient plus du second que du premier, il demeure un très gros cran au dessus. Le secret de cette réussite ? La jovialité d’un John Landis visiblement ravi de revenir squatter les salles obscures. Un enthousiasme qui se sent dès les premières minutes et qui ne cessera de se démentir par la suite. Inspiré de l’histoire vraie de William Burke et William Hare, profanateurs de sépultures ayant décidé de passer à la vitesse supérieure afin de mieux répondre aux desiderata de l’offre et de la demande, le film de Landis prend le parti de rire de la grande Faucheuse et de ses couillons d’émissaires ! Une sorte de mélange contre nature entre l’ambiance macabre des fleurons de la Hammer et les exactions des Marx Brothers. Au ton plus solennel de la version de Robert Wise (Le Récupérateur de Cadavres) répond ici un humour bon enfant, parfait reflet de la personnalité du papa des Blues Brothers. Des personnages cons mais attachants, des situations burlesques à souhait et un humour noir jamais pesant… pas de doute, on est bien chez John Landis, sacré sale gosse de soixante et un balais qui n’a rien perdu de sa verve !

 

© La Fabrique 2

 

Et quoi de mieux pour célébrer ce retour que de le faire dans ce bon vieux Royaume Uni avec comme tête de proue, l’un de ses plus fiers représentants coté gaudriole, le bien nommé Simon Pegg ? En voilà une idée qu’elle est bonne ! Encore mieux si Pegg s’adjoint les services du grand Andy Serkis dont le talent pour le mimétisme n’a d’égal que sa parfaite rythmique comique. A eux deux ils forment un duo détonnant et d’une logique implacable : Pegg dans le rôle du grand naïf romantique secondé par un Serkis autrement plus pragmatique et filou. Les différences ont beau être flagrantes, la complicité l’est encore plus ! Et si Cadavres à la Pelle parvient facilement à dérider nos zygomatiques devant les situations les plus sinistres qui soient, il faut bien reconnaître qu’il se montre un peu trop sage dans sa démonstration. Privilégiant clairement la gouaille à l’effroi, Landis tombe trop souvent dans le piège de la pantalonnade et semble se brider dans ses excès. Comme si le cinéaste tenait absolument à montrer patte blanche avant de reprendre sa place parmi les maitres du genre. Etonnamment léger malgré son sujet pour le moins sinistre (on rappelle qu’on parle des premiers véritables serials killers), Cadavres à la Pelle s’amuse beaucoup avec l’Histoire et son coté à la fois taquin et éclairé parvient à faire oublier les carences d’un script tournant en rond à mi chemin. Qu’importe au final si Cadavres à la Pelle est un Landis mineur, sa bonne humeur contagieuse en fait la meilleure pelloche du cinéaste depuis son étrange Innocent Blood. L’époque d’American College a beau être très loin, l’énergie de Landis est toujours bien présente !

 

Imparfait mais diablement attachant, Cadavres à la Pelle redonne tout son sens au terme capitalisme sauvage et marque le retour en force d’un cinéaste dont la douce folie semblait a jamais réfugiée dans les limbes du petit écran.

 

 

 

Bande Annonce Cadavres à la Pelle Vostf par LaFabrique2

Commentaires