Alexis Pitallier 17 - mai - 2013 Best of, Critiques

 

Un film de Chris Wedge. Avec les voix originales de Amanda Seyfried, Josh Hutcherson, Colin Farrell et Christoph Waltz. Sortie le 22 mai 2013.

 

Après avoir produit les suites de L’Age de Glace, le réalisateur du premier opus revient à la réalisation avec un film d’animation sympathique entre Chérie j’ai rétréci les gosses, Arrietty et Avatar.

 

Note : 3,5/5

 

Co-fondateur des studios Blue Sky, Chris Wedge entama en 2001 avec son compère Carlos Saldanha la saga du cinéma d’animation la plus farfelue : L’Age de Glace avec ses personnages tous aussi fous les uns que les autres, l’écureuil Scrat en tête. Après une incursion très réussie dans le monde des Robots en 2005, il nous fait suivre dans Epic les aventures extraordinaires de Mary Katherine, une adolescente qui se trouve mêlée à une bataille entre les hommes-feuilles, des êtres microscopiques qui vivent en symbiose avec la forêt et Mandrake, symbole avec sa horde du pourrissement qui menace la nature. Inspiré par le livre pour enfants de William Joyce « The Leaf Men and the Brave Good Bugs », le film est un divertissement amusant en même temps qu’un message écologique original. La nature transfigurée par l’histoire et les images est vivante littéralement parlant. Feuilles, arbres, fleurs, brindilles, animaux sont doués de vie et de parole et ont une âme. Une fois réduite à la taille de ce petit peuple, Mary Katherine, nouvelle version d’Alice au pays des merveilles, découvre un autre monde qui est pourtant le nôtre puisqu’elle ne l’a pas quitté.

 

© 20th century Fox

© 20th century Fox

 

Elle ne fait que le regarder de plus près, pouvant voir ainsi ce qui est invisible à nos yeux d’humains. « Ne rien voir ne veut pas dire qu’il n’y a rien » lui dit son père au début du film. Peut-être faut-il savoir regarder pour prendre conscience de ce qui est caché derrière la banalité des apparences de notre environnement. Les parents spectateurs et leurs enfants pourront y voir une incitation à mieux regarder et respecter la nature dont les richesses et la vie sont joliment symbolisées. Ce message qui pourrait paraître naïf s’il était martelé directement passe très bien dans le film qui porte bien son nom. Les scènes d’assauts et les poursuites sont impressionnantes, bien qu’elles appartiennent à une échelle microscopique. Vu de la taille d’un lilliputien, l’environnement devient étrange et inquiétant (voir Chérie j’ai rétréci les gosses et L’homme qui rétrécit). La 3D nous permet de nous immerger dans ce « Microcosmos » magique servi par de belles images. Que les fans de L’Age de Glace se rassurent : bien que plus sérieuse, la 3ème réalisation du créateur de Sid, Scrat Manny et Diego ne manque pas d’humour. Des personnages désopilants, tels que l’escargot et la limace Mub et Grub et des situations cocasses vous amuseront. Peut-être aurait-il gagné encore plus en qualité si les humains étaient totalement absents au profit de ces êtres magiques qui surpassent de loin en intérêt l’héroïne, mais cela n’empêche en rien Epic de faire passer un bon moment.

 

Le 3ème film du co-créateur de L’Age de Glace est un bon spectacle familial à l’image de ses précédentes réalisations, avec un peu de poésie et de magie en plus.

 

Powered by Preview Networks

Commentaires