Ilan Ferry 11 - novembre - 2013 Best of, Critiques

 

Un film de John Turtletaub. Avec Michael Douglas, Robert De Niro. Kevin Kline. En salles le 27 novembre 2013.

 

 

Les papys font de la résistance dans une comédie aussi plaisante qu’inoffensive.

 

Note : 3/5

 

La comédie « carte vermeil » se porte plutôt bien, merci pour elle.  Pas une évidence en soi surtout au regard des très consensuels Tout peut arriver ou Tous les espoirs sont permis (pour ne citer qu’eux) mais qui prend ici les atours d’une belle surprise. Sous ses dehors de « Very Bad Trip gériatrique », Last Vegas cache en fait un joli film de potes qui, loin de tout cynisme, s’angle autour de figures imposées (l’enterrement de vie de garçon à Las Vegas avec paillettes et belles pépées, le triangle amoureux…) pour mieux dresser le portrait de quatre hommes en quête de regain. La suite, vous la devinez aisément puisque le dit trip sera surtout l’occasion pour nos fringuant senior de faire un bilan sur la vie, l’amour et le bon usage du Viagra ! Rien de bien original ici on pourrait même dire qu’on est en terrain connu. Le discours sur la nécessité de vivre avec son âge reste le même (politiquement correct oblige) mais il est assené ici avec une sincérité et un sens de la dérision tels qu’on ne peut finalement qu’adhérer.  Merci qui ? Merci les acteurs ! Car, la grande qualité de Last Vegas réside avant tout dans son coté  comédie « all stars » portée par des comédiens visiblement très investis.

 

© Universal Pictures

© Universal Pictures

 

A commencer par le duo Michael Douglas/ Robert De Niro, parfait en « frères ennemis » ne pouvant se passer l’un de l’autre. Véritables têtes de proue de cette drôle de virée, nos deux larrons se jaugent, se vannent mais toujours avec cette tendresse qui fait tout le sel du film. Toujours aussi flegmatique et classe, Kevin Kline est LA très bonne idée de casting. Profitant des refus de Christopher Walken et Dustin Hoffman, l’acteur semble s’amuser comme un petit fou et insuffle un second degré parfois salutaire, tandis que Morgan Freeman joue les hédonistes light avec un bagout qui n’appartient qu’à lui ! Chacun joue ici de son image avec délectation si bien que la bonne humeur évidente du groupe devient très rapidement communicative. De quoi mieux faire passer la mise en scène passe partout de Jon Turtletaub et une musique insupportable visant à surligner les émotions en jouant toujours les mêmes accords. Rien de bien original donc mais l’assurance de passer un bon moment en compagnie d’un quatuor encore inédit au cinéma. C’est déjà ça !

 

 

Sans prétention aucune, Last Vegas jette un agréable coup de retro sur la carrière de sa très sympathique distribution.

 

 

Commentaires