Alexis Pitallier 29 - novembre - 2014 Critiques

 

Un film d’Asia Argento. Avec Giulia Salerno, Charlotte Gainsbourg, Gabriel Garko. Sortie  depuis le 26 novembre 2014.

 

Après Le livre de Jérémie, Asia Argento revient sur le thème de l’enfance blessée dans une version féminine et rock n’ roll de L’Incompris portée par des acteurs épatants.

 

Note : 3/5

 

Après Scarlet Diva, qui marqua son passage derrière la caméra, et Le livre de Jérémie, L’Incomprise est le troisième film de la fille de Dario Argento en tant que réalisatrice. C’est son deuxième sur l’enfance meurtrie. L’Incomprise est beaucoup plus réussi que Le Livre de Jérémie d’un ennui profond malgré son côté trash. Il est mieux maîtrisé et montre la souffrance ressentie par les enfants dans un environnement familial hostile. Aria, 9 ans, vit à Rome avec ses parents et ses deux demi-sœurs issues de deux unions différentes. Souffrant de la préférence que son père et sa mère vouent à leur fille respective, elle se retrouve ballottée de l’un à l’autre après leur violente séparation. Les seules choses auxquelles elle semble pouvoir s’accrocher sont son imagination, son innocence, sa meilleure amie et l’école… Hasard qui fait bien les choses, ce film sort une semaine après la Journée internationale pour les droits de l’enfant qui dénonce entre autres la maltraitance et les conséquences d’un contexte familial dégradé. Capables de gentillesse, les parents d’Aria peuvent se montrer cruels et s’en débarrassent dès qu’elle les contrarie. Ils la traitent comme un animal ou comme un jouet et non pas comme une personne. Par la répétition des scènes des trajets qu’elle fait de l’un à l’autre, la réalisatrice nous fait ressentir sa solitude et sa difficulté à trouver sa place dans cette famille recomposée. Au lieu de bénéficier du fait d’être le seul enfant que ses parents ont en commun, elle en est la victime puisqu’ils projettent sur elle la haine qu’ils se vouent… Elle est comme le chat noir qu’elle transporte avec elle à chaque changement de foyer. La référence évidente du titre à L’Incompris n’est pas qu’un clin d’œil. Asia Argento a toujours été bouleversée par ce grand film sur l’enfance. Bien que son film soit différent de celui de Comencini, il raconte la même histoire d’un enfant qui ne se sent pas compris et qui fait tout en vain pour chercher l’amour et la reconnaissance de ses parents… Son amour pour Les 400 Coups se voit aussi de temps en temps, notamment dans les scènes de déambulation à Rome.

 

© Paradis Films

© Paradis Films

 

La réalisatrice affirme qu’il ne s’agit pas là d’un film autobiographique mais d’un film qui s’adresse à tous les enfants qui se sentent mal aimés dans leur famille. Cependant, cela ressemble à une succession de souvenirs, qu’ils soient d’elle-même ou d’autres personnes… Elle a choisi de placer l’histoire dans les années 80, de ce parti-pris découle l’un des défauts du métrage. Les couleurs proches du polaroïd font tellement sentir l’appartenance de l’histoire au passé qu’on a l’impression de voir un film tourné dans les années 80 qui semble pour cette raison daté. Bien que mieux maîtrisée que dans les films précédents, la réalisation n’est pas parfaite, le montage qui fait se succéder les scènes sans réelle unicité non plus… Si L’Incomprise est à sauver pour le traitement réussi du sujet qu’il développe, c’est aussi pour ses acteurs. Giulia Salerno, l’enfant actrice qui incarne Aria, crève l’écran. Charlotte Gainsbourg et Gabriel Garko( acteur italien essentiellement de télévision qui mérite vraiment d’être connu pour sa classe et son pouvoir comique), sont époustouflants dans le rôle de la mère musicienne égocentrique et du père acteur narcissique et superstitieux. Il en va de même des autres enfants. Si le film marquera les esprits, c’est en grande partie pour ces personnages et les acteurs qui les interprètent …

 

Bien loin d’être un grand film, L’Incomprise est à voir pour son sujet et pour ses interprètes. Asia Argento montre un certain talent pour la direction d’acteurs. De quoi attiser notre curiosité pour son avenir de réalisatrice.

 

Commentaires