Raphael Borfiga 4 - février - 2014 Best of, Critiques

 

Un film de Fred Cavayé avec Vincent Lindon, Gilles Lellouche, Nadine Labaki. Sortie le 5 février 2014.

 

Luc Besson n’a qu’à ben se tenir. Après deux longs-métrages maîtrisés et riches en action, Fred Cavayé confirme qu’il est un réalisateur sur qui il faudra compter au même titre que le père de Nikita et Léon.

 

NOTE 3,5/5

 

Simon (Vincent Lindon) et Franck (Gilles Lellouche) sont flics et amis depuis longtemps lorsqu’ils percutent une voiture faisant trois morts dont deux enfants. Simon qui conduisait la voiture, ivre, est radié de la police et envoyé en prison. Il se sépare de sa femme et devient convoyeur de fonds quelques années plus tard. Puis la vie des deux amis bascule de nouveau lorsque le fils de Simon est témoin d’une tentative d’assassinat. C’est alors le début d’une course-poursuite à 100 à l’heure. Derrière ce scénario qui fait la part belle aux rapports humains entre des personnages écorchés vifs, un habitué de la maison, comme on dit. L’idée originale est signée Olivier Marchal, ancien flic reconverti en cinéaste et à qui l’on doit parmi les meilleurs polars français de ces dernières années, 36 quai des orfèvres et MR73. Déjà ça en dit long sur la précision des faits et des situations.

 

© Gaumont Distribution

© Gaumont Distribution

 

Derrière la caméra et co-auteur du scénario, Fred Cavayé qui signe là son troisième long-métrage après les très réussis Pour Elle et A Bout Portant, deux thrillers palpitants tout aussi haletant que Mea Culpa bien que ce dernier opus soit particulièrement riche en action, peut-être parfois un peu trop, l’intrigue policière et le suspense passant au second plan. Comme un trait d’union ou un clin d’oeil à ses deux précédents films, Cavayé a fait appel aux deux acteurs principaux pour des rôles tout aussi complexes l’un que l’autre. Cavayé n’a donc rien à envier aux productions plus américanisées de Besson. On peut trouver des similitudes entre tous ces films d’action comme Taken ou Le Transporteur et d’abord le rythme puisque l’intrigue se développe assez rapidement et les cascades les plus spectaculaires se succèdent tambour battant. Mea Culpa c’est 1h30 de coups de feu, de macchabés, de nez cassés, de tôle froissée : un film musclé, brutal, violent, du vrai film de mecs quoi, qui regorge d’adrénaline. Mais le côté « thriller » en moins. Ce qui est un peu dommage car la mise en scène vaut le coup et un style Cavayé se dessine petit à petit pour le plaisir de nos yeux.

 

Bien construit et réalisé, Mea Culpa vous scotchera à votre fauteuil. Aucun temps mort pour ce film dont le final vous réserve un rebondissement inattendu.

 

Powered by Preview Networks

Commentaires