Flavien Bellevue 28 - avril - 2016 Best of, Critiques

 

Un film de Liv Corfixen. Avec Nicolas Winding Refn, Liv Corfixen, Ryan Gosling. Disponible en VOD depuis le 27 avril 2016.

 

Mais qui sont donc Nicolas Winding Refn…et Liv Corfixen ? Rencontre avec un couple pas comme les autres. Ou quand Les coulisses d’Only God forgives dévoilent un couple et un cinéaste qui se cherchent.

 

Note : 4/5

 

Pour beaucoup, le cinéaste danois Nicolas Winding Refn reste un mystère en parti percé par Laurent Duroche grâce à son documentaire NWR en 2011. Les proches collaborateurs du cinéaste et lui-même se livraient sur sa personnalité et sur son travail hors-normes. Aujourd’hui, c’est un regard plus proche et plus intime que sa compagne propose à travers la création de son avant-dernier long-métrage Only God forgives. Dès les deux premières séquences pré-générique, le ton est donné. La première : le cinéaste Alejandro Jodorowsky tire les cartes à Nicolas Winding Refn pour lire son avenir. C’est alors qu’il découvre que Liv Corfixen doit aider son mari bien qu’elle n’ait rien demandé de l’artiste qui est en lui. Elle doit donc se soumettre et la séquence suivante appuie ce fait lorsqu’elle le filme et qu’il la dirige en lui demandant de faire un panoramique sur lui depuis une grande baie vitrée. Remarquant son reflet, Liv Corfixen se plaint ce à quoi son mari lui répond que c’est un film sur elle aussi. Apparition de l’écran-titre. L’essentiel de ce documentaire est déjà dans ces deux séquences car My Life directed by NWR porte bien son nom. Alors que Liv Corfixen filme son mari, c’est lui qui dirige sa vie en l’emmenant avec lui en Thaïlande pendant des mois pour la réalisation de son nouveau long-métrage. Pourtant le documentaire n’est pas une plainte contre son mari. Elle est la femme d’un artiste cinéaste et voilà ce à quoi ressemble son quotidien. Le résultat ? Un homme emplit de doutes dès le saut du lit et qui est déjà conscient qu’il fera un film beaucoup plus difficile d’accès que Drive. Jang (petit nom intime de NWR) doit faire avec et trouver les solutions qui s’oppose à lui chaque jour. Sa collaboration avec l’acteur Ryan Gosling lui permet de trouver un interlocuteur à l’écoute bien que parfois décontenancé lorsqu’il lui explique le projet.

 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

 

Ce « parcours vidéo » fait office de making of d’Only God forgives car il montre une production peu orthodoxe tant dans son approche artistique que dans sa logistique (notamment la scène où le réalisateur et l’acteur partent chercher du cash pour la production) où un couple se recherche. Si elle apparaît bien plus dans la seconde partie du film, Liv Corfixen est bel et bien présente tout au long du film car c’est elle qui tient la plupart du temps la caméra. À l’écran ou en voix off, sa présence est palpable mais prend ses distances avec son sujet bien qu’elle soit présente pour lui. Il y a une courte séquence touchante où Jang dit avoir besoin d’amour et qu’elle lui répond qu’elle lui en donne. Il y a comme un sentiment d’impuissance aussi bien de la part de l’épouse qui voudrait rendre heureux son mari que du mari/père/cinéaste qui nage en plein doute sur son œuvre. Mais le couple peut s’amuser lorsque les rôles sont inversés comme lorsque NWR va cueillir son épouse au lit avec la caméra. Elle en profitera pour exprimer ses états d’âmes pour rappeler à monsieur sa fonction de père de famille. Néanmoins et cela n’arrive qu’une fois, à force de sonder l’état d’esprit de son mari sur son œuvre, Nicolas Winding Refn peut s’énerver contre elle ; un autre signe d’impuissance mutuelle toujours liée à l’œuvre de l’artiste. Sans être une hagiographie de son mari à la Cœur des ténèbres, My Life directed by NWR de Liv Corfixen est autant un making of qu’une sorte de thérapie de couple qui rend ce documentaire encore plus intéressant.

 

Très critique envers lui-même, NWR est un cinéaste attachant et humain malgré ses errances et son tempérament captés par la caméra de son épouse aimante et quelque peu désabusée Liv Corfixen. À voir.   

 
 

Commentaires