Raphael Borfiga 26 - octobre - 2012 Best of, Dossiers

 

Vous ne le saviez peut être pas mais la rédaction a en son sein un agent très spécial  en la personne de Raphael Borfiga. Sa mission : répertorier le meilleur et le pire de James Bond. Muni de son permis d’écrire ,ce fan du plus célèbre des espions s’est fendu d’un dossier forcément dense. Ce dossier ultra confidentiel contenant des informations top secrètes sur Bond, attention aux spoilers eventuels. Bonne lecture !

 

Flop des films 

 

Rien que pour vos yeux (1981)

Le moins bon des Roger Moore et pourtant on pourrait crier Cocorico avec la présence de la toute jeune Carole Bouquet et une course-poursuite en 2CV plutôt palpitante ! Le film regorge de quelques scènes intéressantes : le pré-générique où James se rend sur la tombe de sa femme (rarement dans la saga il est fait allusion à Madame Bond), la course-poursuite en ski de fond sur une musique entraînante de Bill Conti (le compositeur de Rocky). Ce sont les seconds rôles et surtout les méchants qui manquent de folie et d’intérêt : l’un des deux méchants a des faux airs de Guy Bedos (Michael Gothard), l’autre, incarné par Julian Glover, est à l’image de son interprète, un peu fade et sans relief. Quant à Columbo (Topol) ou la Comtesse Lisl, ces personnages manquent de charisme. N’oublions pas non plus que Rien que pour vos yeux possède l’une des plus mauvaises James Bond Girls en la personne de Bibi Dahl (voire rubrique Flop James Bond Girls).

 

Roger Moore dans Rien que pour vos yeux

© Tous droits réservés

 

 

Tuer n’est pas Jouer (1987)

Le premier film avec Timothy Dalton n’est pas une grande réussite. Il n’y a pas de vrais méchants à l’exception de Necros, un grand blond, tueur froid et sans scrupule. Les autres ressemblent plus à des guignols notamment le général Koskov qui se révèle être un traître. Le personnage souffre sans doute de la piètre performance de l’acteur Jeroen Krabbe à la gestuelle excessive et au jeu peu inspiré. Quant à Whitaker, un trafiquant d’armes, il est plus un gamin grotesque avec ses statues de dictateurs et ses répliques miniatures de grandes batailles. Joe Don Baker qui interprétera l’allié Jack Wade dans Goldeneye et Demain ne meurt jamais, est plus à l’aise dans un rôle de gentil, un brin comique, que dans celui de ce soi-disant trafiquant d’armes.

 

Timothy Dalton dans Tuer n'est pas jouer

© Tous droits réservés

 

Top des films (par acteur)

James Bond contre Dr No (1962)

Le premier des Bond est l’un des meilleurs. Il y a déjà l’intriguant Docteur No que l’on découvre dans les dernières minutes, les paysages de rêve des Caraïbes, les personnages, l’histoire, le charme un peu désuet, le suspense.

 

©Tous droits réservés

 

 

Au Service Secret de Sa Majesté (1969)

Le seul film avec Georges Lazenby est pourtant un modèle du genre avec une histoire palpitante, un méchant parfait (Blofeld), une girl charismatique (la future Madame Bond), des seconds couteaux mauvais comme la galle (Irman Bunt) et puis un Lazenby tout à fait crédible dans le rôle de 007. Même s’il souffre de la comparaison avec Connery, il donne une interprétation plus qu’honorable de l’espion anglais malgré le fait qu’il soit inconnu au bataillon et australien !

 

George Lazenby dans Au service secret de sa majesté

© Tous droits réservés

 

 

 

L’Homme au Pistolet d’Or (1974)

Il s’agit, injustement, de l’un des moins appréciés James Bond. Pourtant, en se penchant plus en détail sur le film, on se rend compte de ses nombreux points forts. Outre la bande originale qui colle parfaitement à l’ambiance extrême-orientale du film et les nombreux paysages exotiques qui font rêver le spectateur, L’Homme au Pistolet d’Or propose le meilleur duo de méchants depuis Goldfinger et Oddjob. Outre Scaramanga, doublon maléfique de James Bond, interprété par Christopher Lee à qui fut proposé le rôle du Docteur No en 1962, n’oublions pas Nick Nack le nain. Un bon méchant de James Bond doit être machiavélique, mégalomane et avoir un physique particulier. Le nain et Scaramanga répondent comme il se doit à cette description. Et que dire du pistolet d’or si ce n’est qu’il reste l’un des gadgets les plus cultes de la saga. Humour, cascades, belles girls, décors de rêve, gadgets inoubliables : tous les ingrédients sont réunis pour en faire un très bon James Bond.

 

© Tous droits réservés

 

 

 

Le Monde ne Suffit pas (1999)

Le meilleur des films avec Brosnan avec une musique de David Arnold entraînante, une séquence pré-générique spectaculaire sur la Tamise, une James Bond Girl complexe et interprétée par Sophie Marceau (voir rubrique Top des JB Girls). L’histoire est bien ficelée, il y a de l’action, du suspense. Le film donne à M un rôle plus complexe et plus important que d’habitude.

 

Pierce Brosnan dans Le Monde ne suffit pas

© Tous droits réservés

Top des acteurs

 

Sean Connery et Roger Moore

Tout le monde s’extasie sur Sean Connery… parce qu’il fut le premier et que l’on aime adoré les premiers et détester les suivants, à force de comparaison pas toujours pertinente. Pourtant, à en croire Ian Fleming, son JB rêvé, celui qu’il avait pressenti pour interpréter 007 à l’écran le premier était Roger Moore, qui refuse le rôle pour jouer dans la série Le Saint. Sean Connery imposa sa marque, son style, les autres tentèrent de s’en démarquer tout en essayant de l’imiter un peu pour conserver l’amour des fans. Le point fort de Roger Moore est son humour, son élégance british, son autodérision alors que Sean Connery était plus froid, plus violent. Le point faible de Moore est qu’il n’était pas crédible quand il joue au méchant. Chacun des deux a incarné un JB à sa sauce. Roger Moore n’a pas séduit tout le monde. Certains ont trouvé que sa performance a, d’une certaine façon, orienté la franchise vers trop d’humour. Mais son mérite a peut-être était aussi de faire de James Bond un personnage plus grand public.

 

© Tous droits réservés

 

 

Pierce Brosnan

Pierce Brosnan redonna un coup de fouet à la franchise après la pause ennuyeuse marquée par Timothy Dalton et six années de disette où les producteurs ont failli mettre un terme à la saga. En 1985, quand Roger Moore décida de quitter le navire (agé de 57 ans !), Brosnan avait été approché mais l’acteur de Remington Steele était toujours en contrat pour la série, c’est donc Dalton qui fut choisi. Brosnan c’est un mélange de Connery pour le côté violent et dur et de Moore pour l’autodérision, les blagues et la classe (magnifique ce réajustement de cravate dans la poursuite en bateau du pré-générique de Le Monde ne Suffit Pas !)

 

©/Starface 1995-01-01

 

 

Flop des acteurs

 

Timothy Dalton et Daniel Craig

Pour Timothy Dalton, c’est son manque de charisme qui n’a probablement pas séduit les fans. Succéder à Sean Connery (le modèle) et Roger Moore (le vétéran, avec 12 ans et 7 films) n’était pas une tache facile. Il n’a pas su relever le défi et faire oublier ses prédécesseurs à l’inverse Pierce Brosnan qui a marqué de son empreinte la saga pendant les années 90. Timothy Dalton n’a pas non plus était aidé par ses deux films, le premier sans inspiration et génie, le second trop américanisé et violent. Pierce Brosnan restera donc le dernier acteur, et l’un des meilleurs, à avoir interprété 007. Quelle mouche a piqué les producteurs lorsqu’il ont décidé d’engager le sosie de Vladimir Poutine pour interpréter 007 ? Il n’y a pas de bon film de James Bond sans l’adhésion au personnage de James Bond. Or, si Daniel Craig est crédible en tant qu’acteur de film d’action, brutal et musclé, 007 ce n’est pas que ça. Sans oublier le crime de lèse-majesté d’avoir osé choisi un blond pour interpréter James Bond, (brun dans le roman mais avec les yeux bleus donc un point pour Poutine…pardon… pour Craig). Daniel Craig est un peu trop coincé, la même expression du visage tout le temps, aucun humour, rien… La froideur soviétique au pays de Mr Bean ! Le changement c’est pour quand ?

 

© Tous droits réservés

 

 

Flop des méchants

Mathieu Amalric (Quantum of Solace)

Outre les méchants anecdotiques de Rien que pour vos yeux et Tuer n’est pas jouer, ne saluons pas la performance de Matthieu Amalric (Quantum of Solace) qui est assez ridicule avec son regard soi-disant inspiré de Sarkozy et Tony Blair. Quand les Français jouent aux méchants c’est pas toujours réussi…. La mort de son personnage Dominic Greene est pourtant assez bien trouvée mais à part cela, on n’en gardera pas un souvenir impérissable.

 

Mathieu Amalric dans Quantum of Solace

©Tous droits réservés

 

 

 

Top des méchants

Blofeld (interprété par différents acteurs)

Personnage récurrent des premiers films (Bons Baisers de Russie, Opération Tonerre, On ne vit que deux fois, Au Service Secret de sa Majesté, Les Diamants sont éternels et Rien que pour vos yeux), il est le méchant principal de On ne vit que deux fois (Donald Pleasence), Au Service Secret de sa Majesté (Telly Savalas), Les Diamants sont éternels (Charles Gray). Facilement reconnaissable grâce à son vêtement gris ou beige, son chat persan et son crâne chauve (sauf dans Les Diamants sont Eternels où il est chevelu), il est le chef de l’organisation du SPECTRE et un terroriste mégalomaniaque. C’est un personnage vraiment charismatique et qui a été parodié à de nombreuses reprises, notamment dans la série Austin Powers.

 

© Tous droits réservés

 

 

Requin

Outre Blofeld, LE méchant par excellence, Scaramanga et Nick Nack le duo maléfique dont on a déjà parlé, quand on pense aux méchants de James Bond on pense tout de suite à Requin. Second couteau de Stromberg dans L’espion qui m’aimait et de Drax dans Moonraker, il leur vole la vedette avec sa taille impressionnante et ses dents en acier. Muet, il est un tueur redoutable un peu dans l’esprit d’Oddjob. Il basculera toutefois dans le bon côté à la fin de Moonraker et prend une dimension plus comique dans ce film que dans le précédent.

 

© Tous droits réservés

 

 

 

May Day

Encore une fois, le physique a une importance capitale dans l’appréciation du méchant. Interprétée par Grace Jones, May Day est une grande femme noire et élancée mais très sportive et musclée. Elle est aussi une dominatrice au lit puisque c’est elle qui se met sur James Bond lors de leurs ébats. On découvre May Day dans une impressionnante scène à la Tour Eiffel puis dans une poursuite dans les rues de Paris. Elle forme un duo machiavélique avec Zorin, l’autre méchant de Dangereusement Vôtre.

 

Grace Jones dans dangereusement votre

© Tous droits réservés

 

 

Top des JB Girls

Sophie Marceau

James Bond Girl et méchante à la fois, Elektra King est le personnage féminin le plus intéressant de toute la saga. Interprétée par notre Sophie Marceau nationale (la plus belle et la plus grande actrice française quand même et l’une des plus belles femmes au monde aussi !), Elektra dégage une grande classe. La prestation de Sophie Marceau est remarquable et traduit à merveille toute la complexité de ce personnage. Loin de n’être qu’un argument sexy comme l’ont été beaucoup de JB girls, Elektra est le pivot de l’histoire.

 

Sophie Marceau dans Le Monde ne suffit pas

© Tous droits réservés

 

 

 

Maud Adams

Elle est la seule actrice à avoir joué deux JB girls de premier plan, dans L’Homme au pistolet d’or et Octopussy. Elle aurait même été figurante dans Dangereusement Vôtre (pour ceux qui ont l’œil). Maud Adams, une très belle également (top model suédoise), joue la maîtresse de Scaramanga dans L’Homme au pistolet d’or et paiera de sa vie d’avoir aidé JB (une de plus). Le personnage est complexe et plus intéressant que celui de Bonnenuit, l’autre girl du film. Maud Adams est aussi, et surtout, la grande prêtresse Octopussy dans l’opus du même nom. Elle dégage une grande classe et est le second personnage du film après Bond, rare pour un rôle féminin (à l’exception d’Elektra King).

 

© Tous droits réservés

 

 

 

Luciana Paluzzi

Italienne et rousse (deux grandes qualités), elle joue le rôle de Fiona Volpe dans Opération Tonerre, une tueuse sans scrupule, membre du SPECTRE, qui n’hésite pas à utiliser ses charmes pour arriver à ses fins, un peu à l’image de Xena Onattopp.

 

© Tous droits réservés

 

 

Il s’agit là du top 3 mais tellement de girls sont inoubliables qu’il faut faire un choix. Diana Rigg, Ursula Andress, Jane Seymour viendraient compléter un top 6. La première est la JB probablement la plus étonnante et la plus complexe (elle est surtout la femme de James Bond), la seconde est la James Bond Girl originelle (un peu potiche sur les bords quand même) et la troisième est un personnage unique et très érotique (voyante et vierge, elle découvre l’amour dans les bras de 007)

 

Flop des JB Girls

 

Eva Green

Le personnage de Vesper Lynd aurait pu être une grande James Bond Girl, la première dans la chronologie des romans : celle qui a séduit Bond mais qui l’a trahit. Mais le jeu d’Eva Green est trop convenu, trop maniéré (on dirait Marion Cotillard dans tous ses films américains). Dès sa première apparition, on comprend qu’elle est double. Elle se veut autre chose qu’une belle plante mais restera surtout une grosse déception.

 

 

© Tous droits réservés


 

Bibi Dahl

Probablement l’une des pires James Bond Girl. Tout droit sortie d’un film américain un peu niais, cette femme-enfant tombe sous le charme de James Bond dans Rien que pour vos yeux. Ce dernier n’a que faire de cette gamine et leur relation est un brin malsaine (Roger Moore a alors 54 ans tandis que Lynn-Holly Johnson en a 23). Bibi reste la seule femme dont James Bond repoussera les avances !

 

© Tous droits réservés

 

Ce flop des JB Girls ne pouvait faire l’impasse sur les deux girls de Quantum of Solace (comment s’appellent-elles déjà ? et les actrices ?). Ne cherchez pas, les comédiennes sont inconnues au bataillon et aussi fades que leurs personnages, à ranger immédiatement aux oubliettes. A part un hommage à la mort de Shirley Eaton dans Goldfinger, le plantage est complet pour Quantum of Solace.

 

Rendez vous demain pour la partie « Bonus » de ce dossier qui n’a pas fini de vous surprendre. Et en attendant, n’oubliez pas d’aller voir Skyfall qui sort aujourd’hui en salles.

Commentaires