Ilan Ferry 26 - septembre - 2015 News

 

Jours 6&7 : Strasbourg apocalypse

C’est vendredi que furent présentés les deux derniers films de la compétition officielle, et quels films ! Post-nuke intimiste et anti-spectaculaire, The Survivalist est un petit bijou contemplatif misant essentiellement sur le minimalisme et la prestation de son acteur principal. Une œuvre qui, on l’espère, trouvera son chemin dans les salles obscures mais qui demande une implication particulière de la part du spectateur tant il est difficile d’accès. Lancinant, The Survivalist prend beaucoup (trop ?) son temps mais nous récompense via quelques beaux moments de cinéma. Aux antipodes, The Hallow nous plongeait en pleine Irlande à la découverte de son folklore. Loin, bien loin des lutins et de leurs chaudrons remplis d’or, les hideuses créatures de ce premier long-métrage prônent le respect de l’environnement à leur manière quitte à tourmenter un chercheur et sa petite famille. Un monster movie d’une redoutable efficacité nanti d’un bestiaire particulièrement réussi et féroce. Une bonne série B aux superbes paysages qu’on espère voir en salles tant elle transpire l’amour du genre. Et alors que je pensais passer un après-midi tranquille, avoir un peu de sursis entre deux découpages à la tronçonneuse, une idée saugrenue me vint à l’esprit : et si j’en profitais pour enfin voir L’Autre de Richard Mulligan présenté dans la section Kids in the Dark ? Qu’ai-je à perdre après tout ?

 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

 

Quelques heures plus tard, me voilà sortant de la salle, durablement marqué par l’une des expériences cinématographiques les plus traumatisantes de ma vie. Non pas que le film était mauvais, loin de là il mérite amplement son appellation de chef d’œuvre, mais son sujet, sa manière de le traiter en jouant subtilement la carte du hors-champ pour suggérer toutes les horreurs commises par son personnage principal, en font l’un des films les plus troublants et marquants sur les traumas infantiles. La preuve par l’image que la suggestion a souvent plus d’impact que la démonstration. Un grand film à la fois beau, tragique et terriblement effrayant. Autant dire qu’après un tel marquage au fer rouge, il était grand temps de prendre l’air et de se changer les idées ! Je n’ai donc pas eu l’occasion de voir Stung, midnight movie rempli de méchantes bêbetes mais promis je vous en reparlerai lors de sa sortie DVD chez Wild Side Video. Une bonne nuit de sommeil plus tard, il était temps de retomber en enfance avec la projection en 35mm et en VF du génial Small Soldiers. Un retour vers le passé dans les règles de l’art puisqu’il fut précédé par un teaser VF de Babe, un cochon dans la ville, qu’une voix-off caractéristique des bandes annonces françaises des 90’s nous promet d’arriver « prochainement dans nos salles ». Mode ado de 14 ans on, place au film ! Malgré ces quasi dix-huit ans d’age et quelques longueurs que n’avait pas Gremlins 2 par exemple, force est de reconnaître que Small Soldiers n’a rien perdu de sa puissance et continue de nous amuser comme des gamins pendant près de deux heures. On en redemande ! Mode ado de 14 ans, off. Il est désormais temps de partir à la (re)découverte de Strasbourg et des quelques surprises du festival en attendant le palmarès. Stay tuned !

 

Tableau de notes fantastique

The Survivalist : 3,5/5

The Hallow: 3,5/5

L’Autre : 5/5

Small Soldiers : 4/5

 

Merci à Lucie Mottier et Jean-François Gaye de Dark Star.

Commentaires