Alexis Pitallier 21 - mars - 2016 Critiques

 

Un film de Frank Pavich. Avec Alejandro Jodorowsky, Michel Seydoux, Brontis Jodorowsky. En salle depuis le 16 mars 2016.

 

Le récit du projet abandonné de l’adaptation de Dune par Alejandro Jodorowsky. Un documentaire essentiel pour les cinéphiles en présence de l’un des plus formidables conteurs, le « maestro » lui-même.

Note : 4/5

 

Après Lost In La Mancha sur le tournage interrompu du Don Quichotte de Terry Gilliam, voici un autre documentaire sur un film fantôme resté quant-à-lui à l’état de story-board : l’adaptation par Alejandro Jodorowsky de Dune, le roman culte de Frank Herbert. C’était un projet fou, mégalo et génial, à l’image du réalisateur. Fou et mégalo par sa durée, de 12h à 20h, et par son ambition, Jodorowsky voulait en faire le film le plus important de l’histoire du cinéma. Génial par sa portée philosophique et par l’équipe incroyable qu’il avait réunie pour le concrétiser : David Carradine, Salvador Dali, Orson Welles et Mick Jagger en plus de son propre fils, Brontis, au casting, Pink Floyd et Magma pour la musique, Moebius pour les dessins préparatoires et le story-board, H.R.Giger, le créateur du monstre d’Alien, pour la représentation des terribles Harkonnens, et Dan O’Bannon aux effets spéciaux. Ce projet né en 1975 de l’esprit du maître et du producteur Michel Seydoux a malheureusement été abandonné, faute de financement des studios hollywoodiens. L’ambition du projet et la peur que leur inspirait la personnalité incontrôlable de « Jodo » en sont les principales raisons. C’est à David Lynch que revint la tâche de réaliser l’adaptation. Le résultat, ultra kitsch, est resté depuis comme la seule erreur de parcours de ce grand cinéaste. Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2013, le documentaire de Frank Pavich sort enfin dans nos salles françaises. L’épopée de ce projet cinématographique est racontée par la plupart de ceux qui y ont participé, Alejandro Jodorowsky en tête, et est commentée par des admirateurs comme Nicolas Winding Refn (Drive).

 

Tous droits réservés

Tous droits réservés

 

C’est aussi la chronique d’une aventure humaine, celle d’un homme qui, après avoir entraîné d’autres personnes dans son rêve, a eu du mal à s’en relever quand il a compris qu’il ne pourrait pas le réaliser. Juste après cette déception, il a tourné 3 films et 23 ans se sont écoulés entre Le voleur d’arc-en ciel et le magnifique La Danza de la Realidad sorti en 2013. Mais ce n’est pas la chronique d’un échec. Cet apparent fiasco a influencé tout un pan du cinéma de science-fiction constitué par des films dont l’univers graphique et le scénario ont probablement été inspirés par le story-board et les dessins préparatoires (Star Wars, Alien, Blade Runner, Prometheus, Matrix…). Des collaborations fructueuses en sont nées, comme celle entre Dan O’Bannon, Chris Foss (le dessinateur des vaisseaux) et Giger pour le premier Alien ou encore celle entre Moebius et « Jodo » pour la BD culte L’Incal. Une grande histoire est amoindrie quand elle est mal racontée. Ce n’est pas le cas dans Jodorowsky’s Dune. Le rythme est rapide, les interviews, toutes passionnantes, s’enchaînent avec une grande fluidité. Les images du story-board et les animations qui en sont tirées nous donnent un bon aperçu visuel de l’extraordinaire film que cela aurait pu être. Il retrace la carrière de Jodorowsky qui a entre autres marqué le cinéma psychédélique des années 70 avec El Topo et La Montagne Sacrée. Il se termine par un joli message : il faut essayer de réaliser son rêve quand on en a un, car, même si on échoue, nous pouvons en tirer quelque chose pour le concrétiser sous une autre forme. Un des atouts principaux de ce documentaire des plus jouissifs, c’est bien entendu Jodorowsky lui-même qui se révèle être un très grand conteur, drôle et illuminé. Tant pis si il ne dit pas toujours la vérité ou s’il l’enjolive.

 

Un documentaire à ne pas manquer qui nous fait regretter l’abandon du projet. On n’a plus qu’à attendre la sortie du nouveau film de « Jodo », Poésie sans fin, la suite de La Danza de la Realidad.

 

 

Commentaires