Alexis Pitallier 6 - mars - 2015 Critiques

 

Un film de Dean Israelite. Avec Jonny Weston, Sofia Black D’Elia, Allen Evangelista. En salles depuis le 25 février 2015.

 

Une énième histoire de voyage dans le temps dont l’originalité est d’avoir l’aspect d’un found-footage. Cette combinaison apporte-t-elle quelque chose de nouveau ?

 

Note : 3/5

 

Imaginez que vous regardez des images de votre 7e anniversaire et que vous vous voyez tel que vous êtes aujourd’hui apparaître à l’écran. C’est par ce point de départ troublant et intéressant que commence Projet Almanac, produit par Michael Bay. Nous y suivons les aventures d’une bande d’amis ados qui construisent une machine à voyager dans le temps et en profitent pour changer le cours des choses. Mais on ne peut pas changer le cours du temps sans qu’il y ait de terribles conséquences… Le thème du voyage dans le temps a déjà été exploré de nombreuses fois au cinéma. Certains films l’ont marqué d’une empreinte indélébile (la trilogie Retour vers le futur), d’autres l’ont renouvelé (L’Effet Papillon, Looper). L’idée sympathique du premier long-métrage de Dean Israelite est de l’avoir inscrit dans une chronique sur la jeunesse d’aujourd’hui, avec ses rêves, ses déboires et son environnement 2.0. Le réalisateur a d’ailleurs avoué s’être inspiré de films sur la jeunesse des années 80, tels que Les Goonies. Le film surfe aussi sur la vague du found-footage, genre aussi très (trop ?) présent ces derniers temps. Initié par le culte Cannibal Holocaust et popularisé par Le Projet Blair Witch, il a donné de véritables réussites (Cloverfield, Chronicle) et de vrais fours (la saga Paranormal Activity, The Devil Inside). Il est difficile de voir l’utilité de ce procédé dans Projet Almanac. A part la nouveauté qui est de nous montrer des images filmées par une caméra en train de faire des sauts dans le temps, ce procédé n’apporte rien. Le film aurait tout aussi bien pu être tourné normalement. L’histoire peine à démarrer. Quant au thème du voyage temporel, rien de bien nouveau ; le retour dans le passé pour avoir une seconde chance et ses conséquences ont déjà été abordés. Si vous voulez du neuf, voyez plutôt Predestination qui vous retournera complètement le cerveau malgré de possibles incohérences. Cela n’empêche pas Projet Almanac d’être agréable à regarder par son sujet toujours aussi passionnant, ses personnages attachants, et l’humour qui y est présent.

 

© Paramount Pictures

© Paramount Pictures

 

Malgré l’utilisation du found-footage difficilement justifiable et l’absence de réelle nouveauté concernant le thème traité, cette production de Michael Bay se regarde avec plaisir.

 

 

Commentaires