Élodie Falco 31 - mars - 2015 Critiques

 

Un film de Yann Gozlan. Avec Pierre Niney, Ana Girardot, André Marcon. En salles depuis le 18 mars 2015.

 

Fort de son succès grandissant, Pierre Niney se reposerait-il sur ses lauriers ? C’est toute la problématique de ce thriller  » à la française « .

 

Note : 3/5

 

L’actuel détenteur du César du Meilleur Acteur est actuellement en tête d’affiche du film de Yann Gozlan Un homme idéal avec Ana Girardot. Il y incarne Matthieu Vasseur, un simple déménageur parisien qui s’adonne quotidiennement à sa passion en dehors des heures de travail: l’écriture. Le jeune Matthieu rêve d’une autre vie mais cumule les récits rejetés par les maisons d’édition. Désireux de réussir dans le milieu, il tombe un jour sur le manuscrit d’un mort dont il est chargé de vider la maison. Il décide de s’approprier le livre en le signant de son nom. Le roman propulse l’écrivain raté au sommet de la gloire: il mène une vie de rêve. Matthieu Vasseur s’enlise dans le cercle vicieux de ses propres mensonges au fur et à mesure que le temps passe. Trois ans après, il est rattrapé par deux problèmes qui mettent le feu aux poudres et ravivent ses angoisses. D’un côté sa maison d’édition lui demande un second roman et de l’autre, il reçoit les premières menaces d’un maitre-chanteur ayant reconnu le véritable auteur de son livre.  Malgré un scénario intriguant et au fort potentiel, ce thriller à la française aurait pu être bien mieux traité par le réalisateur. Au grand regret du spectateur, certaines scènes sont clichées au point de tourner en ridicule certaines scènes mal amenées. Caché sous ses apparences de fiancé parfait, le personnage titre n’est pas sans rappeler la Amy Dunne de Gone Girl, la perversité en moins.

 

© Mars Distribution

© Mars Distribution

 

Du haut de ses vingt six ans, Pierre Niney continue sa montée fulgurante au rang des meilleurs acteurs français. Encore une fois, il surprend et prend des risques en variant les genres . Après le biopic  (Yves Saint Laurent) et  la comédie (20 ans d’écart),  Un homme idéal marque la première incursion du comédien dans le thriller. Son personnage à double facettes lui permet de naviguer entre son apparence d’homme idéal et sa véritable identité d’usurpateur. Dommage qu’il n’exploite pas assez son talent et livre d’emblée un jeu platonique .Heureusement, son jeu explose au fur et à mesure que son personnage pourrit intérieurement, hanté par un délit irréparable. Cette facette manipulatrice permet d’offrir un jeu d’acteur impressionnant où le personnage de Niney apparaît en continuel fuite face à lui-même. Stressé à la limite du paranoïaque, n’hésitant pas à se faire auto-violence et à être violent avec autrui, Matthieu Vasseur est un personnage qui captive le spectateur. Cet engrenage impitoyable le pousse à devenir un criminel (voleur et meurtrier) pour protéger les apparences et garder son image intacte.  Le réalisateur manipule parfaitement ce jeu des apparences. L’ouverture du film, qui emmène le spectateur sur une fausse piste, est en soi déjà un trompe-l’œil. Les scènes où Matthieu Vasseur apparaît effacé et pensif durant les chaleureux repas de famille apportent une ambiance encore plus glaçante, le spectateur étant le seul à connaître les pensées glauques traversant l’esprit du personnage. Séquences tendues, musiques mystérieuses, angoisse ambiante: c’est ici qu’on retrouve les ingrédients de ce qui aurait pu être un excellent film si certaines scènes n’avaient pas manquées de finesse. Certains ici penseront sûrement au cadavre saucissonné et grossièrement balancé par la fenêtre… Dès lors que le personnage est obligé de commettre des délits pour camoufler ses mensonges, les actions s’enchaînent et entraînent le spectateur jusqu’à l’apothéose sanglante. La scène de fin, inattendue et poignante, clôture superbement le film.

 

Un homme idéal est un thriller bien ficelé, avec une fin tragique hautement appréciable, malgré des maladresses filmiques. Matthieu Vasseur citant Romain Gary dans le film, il est intéressant d’apprendre que Niney incarnera cet autre écrivain dans La Promesse de l’aube.

 

Commentaires