Ilan Ferry 14 - mars - 2018 DVD/Blu-ray

 
Un film d’Andy Muschietti. Avec Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard. Disponible en DVD, Blu-ray et Blu-ray 4K depuis le 24 janvier 2018.
 

Film 3,5/5

Quiconque a été un enfant dans les années 90 garde forcément un souvenir traumatique de « Il est revenu », téléfilm adapté du monstrueux « Ça » dans lequel un groupe d’amis affronte un clown démoniaque au goût prononcé pour la chair fraiche enfantine. Plus que par sa réalisation c’est avant tout par l’entremise de son personnage titre que le film a laissé une trace quasi indélébile dans l’inconscient de son jeune public, occasionnant par là même un nombre conséquent de nuits blanches. Mais il faut bien avouer que si certaines séquences restent encore en mémoire, la réalisation très fonctionnelle de Tommy Lee Walace, les effets quelque peu cheaps ont donné un sacré coup de vieux à l’ensemble. Il était donc grand temps que Grippe-Sou le clown et ses incarnations toutes plus cauchemardesques les unes que les autres passent par la case lifting afin de traumatiser comme il se doit une nouvelle génération de préados en manque de sensations fortes. Et qui mieux que le cinéaste argentin Andy Muschietti, à qui l’on devait déjà le très efficace Mama, autre exploration des peurs enfantines à travers une figure symbolique, pour donner ce petit coup de polish ? On a beau se creuser la tête, à part un James Wan déjà trop rompu à l’exercice, on ne voit pas trop !  Et le moins que l’on puisse dire c’est que le résultat se montre diablement efficace Dès sa scène d’ouverture d’une étonnante cruauté, Ça donne le ton : ce remake ne fera pas dans la demi-mesure, loin de là Multipliant les effets chocs avec plus ou moins de succès, le film de Muschietti adapte parfaitement le roman-fleuve de King aux standards actuels en matière de trouille avec son lot de jump-scares et de monstres montrés plein pot. Une approche à double tranchant car si sur le fond elle est totalement raccord avec les intentions de l’œuvre matricielle de jouer avec les peurs enfantines, elle est aussi totalement symptomatique de l’époque dans laquelle elle s’inscrit. Derrière la nostalgie 80’s très appuyée (alors même que la partie consacrée à l’enfance des protagonistes se situe dans les années 50), la volonté de privilégier le frontal à la suggestion, se cache une mécanique très (trop) bien huilée qui laisse à penser que Ça aurait été bien différent si la série des Conjuring et Stranger Things ne lui avaient emboités le pas. Sur ce plan, le film de Muschietti ne prend aucun risque car que l’on soit sensible ou non à cette approche on ne peut enlever à Ca une certaine efficacité en particulier dans sa mise en scène particulièrement léchée. Mais là où le film fait vraiment mouche c’est dans le malaise très implicite qu’il dilue non tant lors des apparitions grands guignolesques d’un Grippe-Sou très cabotin mais plutôt par le prisme des rapports entre les enfants et les adultes particulièrement ambigus, car qu’est Grippe Sou si ce n’est l’incarnation de ce malaise ? Bien qu’assez mécanique et prévisible dans sa manière de susciter la peur, Ça n’en demeure pas moins un très bon reboot qui aurait toutefois gagné à capitaliser davantage sur le caractère intemporel de ses thématiques plutôt que de vouloir à tout prix le raccrocher à son époque.

Warner Bros


 

DVD : 3,5/5

Warner Home Video

 

Image et son : 3,5/5

Comme à l’accoutumée, Warner bichonne ses titres BR et en particulier Ca qui a été l’un de ses plus gros succès de 2017. Croulant sous les effets chromatiques (surtout lors de sa dernière partie), le film peut se targuer ici d’un transfert de toute beauté à la définition irréprochable et d’une précision chirurgicale. Que ce soit dans les séquences à basse ou h aute luminosité c’est un quasi sans faute pour ce premier chapitre qui nous immerge sans mal dans les années 80.Petite déception au niveau du son car si la piste anglaise Dolby Atmos ne manque pas de coffre, on regrette toutefois qu’elle retienne par moments ses coups , restant parfois bien terrienne là où s’attendait à une spatialisation. Pas de quoi bouder son plaisir, les autres mixages se révélant particulièrement efficaces que l’on soit anglophile ou amateur de VF.

Warner Home Video

 

Interactivité : 3/5

Rien de bien novateur niveau interactivité. En attendant la version director’s cut attendue dans les prochains mois, cette édition Blu-ray npus offre une poignée de scènes coupées (dont une amusante scène d’ouverture « alternative » ) en guise d’apéritif. Pour le reste, il faudra se contenter d featurette dont la plus intéressante reste celle consacrée au travail de l’acteur Bill Skarsgard pour se mettre dans la peau du célèbre clown-tueur.

Warner Home Video

 

La bonne vibe : Une intéressante adaptation

La mauvaise vibe : une édition qui retient ses coups en attendant la director’s cut

 

Verdict : Un Blu-ray techniquement convaincant malgré quelques réserves.

Commentaires