Kevin Cattan 16 - février - 2016 Best of, DVD/Blu-ray

 

Un film de Denis Villeneuve. Avec Emily Blunt, Josh Brolin et Benicio Del Toro. Disponible en DVD & Blu-ray depuis le 08 Février 2016 chez Metropolitan Video.

 

Denis Villeneuve prend les armes dans un faux film de guerilla urbaine anti-spectaculaire mais proprement affolant.

 

Film: 4/5

 

Sicario c’est d’abord une scène d’ouverture ébouriffante, brute de décoffrage, saisissant préambule à un terrifiant voyage au cœur des ténèbres. Après Prisoners et Enemy, Denis Villeneuve poursuit son exploration de l’âme humaine dans ce qu’elle a de plus sombre et ambivalente trouvant dans l’univers impitoyable des cartels un point de cristallisation parfait. Anxiogène au possible, habité par une partition absolument glaçante que la superbe photo de Roger Deakins met intelligemment en valeur, le film nous embarque dans une zone de non droits proche de l’état de guerre. Les loups se mangent entre eux sous l’œil effarée d’un « petit chaperon rouge » (Emily Blunt) dont les valeurs seront bousculées plus d’une fois. Ancrage nécessaire au spectateur, elle représente en apparence, l’antithèse quasi parfait de Maya (Jessica Chastain) dans Zero Dark Thirty dont le déterminisme et la froideur parfois aveugle fait office de judicieux effet miroir. La comparaison avec le chef d’œuvre de Kathryn Bigelow ne s’arrête pas là, à l’image de ce dernier, Sicario ne jamais laisser le spectateur rentrer dans sa zone de confort, préférant l’emmener sur un terrain beaucoup plus sinueux où la tension est constamment palpable. Deux heures durant, le spectateur, tendu comme un arc, guette le danger, dusse-t-il arriver durant les moments les plus impromptus. C’est aussi la force du film : nous garder sur le qui-vive, sans jamais nous ménager, les rares moments de calme préfigurant à chaque fois une tempête de violence éreintante tant sur le plan technique qu’émotionnel Car s’il ne fait pas dans la surenchère pyrotechnique, Sicario laisse peu, voire aucun, répit au spectateur. Alerte sans être ostentatoire, la mise en scène inspirée de Denis Villeneuve évite brillamment l’écueil du FPS filmée mais parvient par de discrets subterfuges à nous immerger totalement dans cet univers où les limites de la loi ne cessent d’être repoussées au fur et à mesure que la violence grimpe de manière graduelle. Ni trivial ou partie prenante, Sicario se contente de dresser un état des lieux glaçants et représente en soi un parfait complément à la série Narcos , autre déclinaison sur le thème de l’effacement progressif des valeurs morales. Ce nihilisme, le film en fait son credo, illustrant l’adage « la fin justifie les moyens » de manière glaçante notamment à travers les personnages incarnés par Josh Brolin et Benicio Del Toro. Plus qu’un film de guérilla urbaine, le film de Denis Villeneuve est un constat amer, une étude de caractères brillante par son caractère dépassionné. Sans son final consensuel, sorte d’antithèse à tout ce qui a été déroulé précédemment, Sicario aurait mérité haut la main ses galons de chef d’œuvre. Mais peut-être qu’au fond, il était nécessaire tant l’ultime plan vient de manière insidieuse nous rappeler que la paix n’est jamais acquise… même au prix fort ! Les débats sont ouverts. Ilan Ferry

 

Metropolitan

Metropolitan

 

 

Blu-ray : 4/5

 

SevenSept

SevenSept

 

Image & Son : 5/5

Les visuels sont des photos officielles du film et non des captures du Blu-ray.

 

Une image impeccable (master français) rendant un bel hommage au travail effectué par le directeur de la photographie, Roger Deakins. La définition est parfaite, les couleurs sont vives et les noirs sont profonds.
Metropolitan propose 3 pistes audio : une piste en VO avec sous-titres Français optionnels, une piste en VF (toutes deux en DTS-HD Master Audio 5.1., alors qu’une Dolby Atmos pour la VO existe sur le Blu-ray Américain) et une piste Audiodescription en DTS-HD Master Audio 2.0. Les deux pistes sonores sont largement à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre du support, et ce qui retient le plus notre attention, c’est le dynamisme qu’il y a dans chaque enceinte. La spatialisation est juste époustouflante, ce qui permet aux effets sonores et à la musique de se détacher parfaitement des dialogues. Techniquement, c’est de l’excellent travail !

Metropolitan

Metropolitan

 

Interactivité : 3,5/5

Il y a environ une heure de bonus (tous en HD) sur le disque de Sicario. Les suppléments commencent avec un entretien en Français avec Denis Villeneuve de 12 minutes où le réalisateur explique son ressenti par rapport au film, son rapport avec les personnages de Kate et Alejandro, sa collaboration avec le chef opérateur Roger Deakins, les conditions de tournage et son expérience en tant que réalisateur québécois aux Etats-Unis. 4 featurettes (en VOST) accompagnent cet entretien. Elles se concentrent sur l’aspect visuel (17 minutes) où principalement Denis Villeneuve et Roger Deakins reviennent sur les lieux de tournage et de ce qu’ils ont voulu expérimenter. Les personnages (15 minutes) donne la parole au réalisateur mais aussi aux trois comédiens principaux, Emily Blunt, Benicio Del Toro et Josh Brolin. Ils nous parlent de la complexité des personnages. Roger Deakins compare même Benicio Del Toro à Robert Mitchum tant son jeu est profond et qu’il n’a pas besoin d’en faire des tonnes. Les origines (14 minutes) est centré sur la véritable histoire entre les cartels et le gouvernement mexicain, et la violence que ces cartels utilisent (enlèvements, corps mutilés, etc). La musique (6 minutes) revient notamment sur la collaboration entre le réalisateur Denis Villeneuve et le compositeur Jóhann Jóhannsson et sur la manière employée par ce dernier pour composer la musique du film. Les suppléments se terminent sur plusieurs bandes-annonces de l’éditeur (en VO et en VF), ainsi qu’un lien internet.

 

Metropolitan

Metropolitan

La bonne vibe : Un top démo technique, aussi bien sur l’image que le son !

La mauvaise vibe : Un commentaire audio du réalisateur ou in véritable making-of avec plus d’interventions des comédiens principaux n’aurait pas été en trop ! Bonus un peu trop courts.

 

Verdict : L’une des plus grosses claques de l’an dernier débarque chez nous dans une édition HD techniquement irréprochable.

Commentaires