Ilan Ferry 3 - octobre - 2011 Best of, DVD/Blu-ray

 

Un film de Zack Snyder. Avec Emily Browning, Abbie Cornish, Vanessa Hudgens. Disponible en DVD &Blu-Ray depuis le 17 aout chez Warner Home Entertainment .

 

Film : 3/5

 

Femmes je vous aime » pourrait être le sous titre de Sucker Punch. Pas certain cependant que Snyder se soit inspiré de Julien Clerc pour conter l’histoire de Babydoll (Emily Browning) jeune fille à l’imagination fertile enfermée dans un asile  de fous par un beau-père violent et fourbe. Non, en l’état Sucker Punch a plus des airs de Skunk Anasie mariée aux émulsions rock d’un Nine Inch Nails. C’est dire si le film fait dans la dentelle. Mieux vaut laisser au vestiaire toute volonté de se laisser transporter par de doux songes cinéphiliques d’une nuit de printemps. Sucker Punch est à l’image de son instigateur : turbulent !

 

© Warner Bros

 

Quiconque est déjà familier de la méthode Snyder ne sera pas étonné de retrouver la même formule à base de ralentis dilatés à l’extrême et autres exactions visuelles à faire décoller la rétine du plus blasé des spectateurs. Les autres découvriront avec joie (ou horreur) un cinéaste jusqu’au-boutiste à l’esthétisme exacerbé situé quelque part entre le blockbuster buriné et une conception somme toute picturale du cadre. Cette recette, que d’aucuns diraient éprouvée au fil du temps, ne détonne guère dans les univers construits ici. Au contraire, elle trouve dans le cas présent un écrin de choix car totalement soumise aux velléités d’un auteur maitrisant plus que jamais son style. Méchas, ambiance steampunk à tous les étages, les multiples tableaux (au sens littéral du terme) dessinés par Snyder parleront forcément aux sales gosses bercés par les cases bouillonnantes du défunt magazine Métal Hurlant. A la franche lisière entre générosité sans bornes et mégalomanie très appuyée, le cinéaste croise les genres et les arts, dresse d’inattendus ponts entre eux au point d’en faire cohabiter certains au sein d’une seule et même séquence. Multipliant les emprunts divers et variés, Snyder réussi à les diluer dans un ensemble cohérent et en totale adéquation avec une identité visuellement et narrativement très marquée, égrainée au fil de l’eau via une filmographie où chaque métrage ambitionne constamment de surpasser le précédent. Un brillant travail de digestion dans lequel chaque plan rivalise avec l’autre en terme de maestria visuelle. A cela s’ajoute une bande originale explosive uniquement composée de remixes. Un détail qui a son importance dans la mesure où le métrage joue constamment sur cette notion en réinventant à l’extrême plans d’une incroyable ampleur et multiples strates narratives (lire la suite)

 

 

Blu-Ray : 4,5/5

 

© Warner Home Entertainment

 

Audio :
Anglais DTS-HD Master Audio 5.1, Français Dolby Digital 5.1

 

Bonus :

Version longue

Maximum Movie Mode

Making of

Courts métrages animés
 

Déjà en salles, Sucker Punch promettait une grosse claque visuelle pour son telescopage HD. Chose promise, chose due : en Blu-ray, l’image du film de Zack Snyder est une énorme tuerie, une bande démo comme en voit encore trop rarement dans le monde du Home Cinema. Et cela grâce à une définition frolant la perfection. Snyder ayant particulièrement bien soigné ses cadres (en particulier lors des séquences fantasmagoriques) c’est un vrai plaisir de redécouvrir celles-ci dans toutes leurs richesses d’autant que le master bénéficie d’un niveau de détails ultra précis. Quant aux contrastes et aux couleurs autant dire qu’elles explosent littéralement à l’écran. Bref, du travail d’orfèvre ! Niveau son c’est tout aussi enthousiasmant via une explosive piste anglaise DTS-HD Master Audio 5.1 du genre à faire exploser les tympans dans un périmètre de quinze kilomètres ! Nous ne saurions trop vous recommander de prévenir le voisinage, voire le quartier avant d’allumer votre ampli. On regrettera toutefois que les anglophobes ne bénéficient que d’un mix français Dolby Digital 5.1 les privant ainsi d’un certain nombre d’informations audio. Pour ce qui est des bonus, cette édition vaut avant tout le coup pour la version longue du film seulement visible sur le blu-ray. Au risque de se mettre à dos les fans il faut bien reconnaître que celle-ci demeure bien moins intéressante que la version ciné. Pire, elle dessert même son propos via un monologue final de Jon Hamm qu’on pourrait aisément qualifier de justification bateau au viol. Pour le reste une certaine frustration reste de mise . Bien que ludique, l’option Maximum Movie Mode ne permet pas au réalisateur de s’épancher comme il se doit sur certains aspects du tournage, alors que celui-ci s’autorisait plus de liberté sur le Blu-Ray de  Watchmen où il avait inauguré cette option.  Le making of demeure quant à lui beaucoup trop promotionnel et axé sur la musique. Seuls les courts métrages animés permettent de réellement prolonger le plaisir.

 

© Warner Home Entertainment

Image : 5/5

Son : 4,5/5

Bonus : 3/5

 

La bonne vibe : Un traitement technique tutoyant la perfection.

La mauvaise vibe : trop peu de suppléments

 

Verdict : Outre son potentiel de bande démo explosive, le Blu-ray de Sucker Punch permet de découvrir une version longue qui, à coup sur, sera controversée.

 

 

Commentaires