Mathieu Charret 9 - novembre - 2011 Best of, Jeux Vidéos

 
Dead Island, édité par Techland. Disponible sur PS3, XBOX 360 et PC depuis le 9 septembre.

 
Pour son premier numéro, Vibeogame fait dans le gore qui tache ! Attendu comme le messie par une horde acharnée de fan de Romero, Dead Island s’était déjà offert à nous il y a quelques mois par le biais d’un trailer très couillu qui en avait fait baver plus d’un.  Et pourtant, toutes les craintes étaient fondées vu le passif plus que douteux du studio polonais Techland et le sombre navet qu’est Call of Juarez : The Cartel.  Sur le papier, le projet avait cependant tout pour satisfaire les adeptes de tripailles, alors le défi a t’il était relevé par nos compères Polonais ?

 

Note : 4/5

 

Dead Island pourrait s’apparenter à Fallout 3 avec des zombies. Les comparaisons  avec Dead Rising (puisque l’on peut créer ses propre armes) et Left for Dead (en tant que FPS orienté vers le jeu online) sont faciles, mais au-delà d’une intro aussi plate que débilos, l’environnement se révèle être ultra divertissant et le système de progression des armes et des personnages rendra vite le joueur totalement dépendant. En résumé, Dead Island est un RPG habile, original et qui charcle et ça fait du bien ! Le jeu se déroule sur une petite ile au large des cotes de Nouvelle Guinée où les morts semblent être revenus à la vie sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. Le scénario n’a rien de très original mais d’autres aspects du jeu viennent compenser cette faiblesse. Vous aurez le choix entre quatre personnages qui possèdent des caractéristiques bien distinctes et que vous baladerez sur des maps gigantesques tout en résolvant des centaines d’énigmes. Vous prendrez donc un pied énorme à visiter le moindre recoin de l’ile, en passant par la plage, la jungle ou les rues inquiétantes du centre ville, tout en dézinguant la moindre bestiole qui s’approche d’un peu trop près. En partant de cette perspective, j’étais sur l’ile et pas mon personnage ! Au début du jeu, vous tuerez tous les zombies qui s’approchent de vous et puis finirez progressivement par courir d’une mission à une autre avec comme objectif principal : survivre. La gestion de la mort est plutôt assez bien faite dans le jeu ; si vous mourrez, il vous faudra attendre 5 secondes et dépenser une partie de votre argent afin de recommencer l’aventure et les dégâts infligés aux morts vivants resteront.

 

© Tous droits réservés

Il est rare de se sentir en sécurité dans Dead Island et c’est vraiment  ce que l’on attend d’un jeu de zombie. Vous disposez d’une barre d’endurance limitée et vous ne pouvez donc pas courir ou utiliser vos armes indéfiniment sans attendre que votre personnage ne reprenne son souffle. Les trousses de soin se font rares mais vous trouverez sur votre chemin des boissons énergisantes, barres de chocolat et autres fruits afin de booster votre énergie. Les armes en votre possession se dégradent progressivement au fur et à mesure de leur utilisation mais vous pouvez trouver des ateliers afin de les réparer ou de les modifier. Il est également possible de trouver des armes « légendaires » qui ne nécessitent aucune réparation. Bon courage pour mettre la main dessus ! Le mode online est lui aussi très bien fait : lorsque vous jouez, un message apparaitra sur l’écran pour vous avertir de la proximité d’un autre joueur. Il est également possible d’inviter un ami. Le niveau d’expérience est tout de même à prendre à compte et vous ne pourrez pas rejoindre la partie d’un joueur qui a un niveau plus élevé que le votre. Il est toujours possible de repasser vers le mode Single Player si vous voulez jouer seul. Il n’y a malheureusement pas de mode coopération en local. Dead Island est loin d’être parfait et le jeu reste malheureusement bourré de défauts, ce qui pourrait repousser plus d’un joueur. La prise en main n’est pas très naturelle et il vous faudra plusieurs heures afin de manier vos armes avec habilité. Il y a des problèmes de texture et les défauts visuels sont nombreux. Et pourtant, ce n’est pas l’apparence qui fait un jeu mais plutôt son expérience, et de ce côté-là on est servi avec Dead Island.

 

© Tous droits réservés

 

En termes de graphismes on dénote des décors agréables à l’œil et même très impressionnants à certains moments. Les zombies sont très variés et leur apparence en ravira plus d’un. Quelques problèmes de texture qui ne viennent cependant pas altérer l’impression globale. Pour ce qui est de la jouabilité, il y a un nombre assez impressionnant d’énigmes à solutionner et vous pouvez  modeler vos armes comme bon vous semble (a condition de les trouver bien entendu) ce qui permet aux combats de rester fun et variés tout au long du jeu. Les combats au corps à corps sont fun mais il vous faudra pas mal d’entrainement avant de les maitriser. L’autre point fort du jeu réside justement dans sa richesse sonore. A chaque fois que vous vous retrouverez dans une nouvelle zone, n’hésitez pas à tendre l’oreille pour savoir ce qui va vous tomber dessus dans les dix secondes ! Flippant à souhait. Les maps sont gigantesques et les quêtes principales et secondaires très nombreuses. Comptez une bonne vingtaine d’heures afin de finir le jeu tout en gardant à l’esprit que le mode online allongera encore le plaisir.

 

On résume :

 

Graphismes : 4/5

Jouabilité : 4/5

Bande son : 4,5/5

Durée de vie : 4,5/5

Scénario : 2/5

 

Voilà un jeu qui reprend des thèmes et idées à plusieurs monuments du jeu vidéo (Resident Evil, Dead Rising, Left for Dead…) dans une ambiance de série B grand guignolesque. Un pari risqué mais les développeurs de Techland assurent l’essentiel avec un jeu loin d’être parfait mais totalement jubilatoire. Vivement la suite !

 

Commentaires